5 choses à ne pas faire quand on est francophone à l’étranger

En parlant avec mes collègues et d’autres visiteurs dans le parc, j’ai réalisé qu’ils avaient toujours les mêmes remarques à propos des vacanciers francophones (surtout ceux de l’âge de mes parents et venant d’un certain pays). Donc voici pour vous francophones une liste des 5 choses à ne surtout PAS faire si vous n’avez pas envie d’être mal vus lorsque vous voyagez à l’étranger…

 

1. Penser que tout le monde parle votre langue

Combien de fois j’ai déjà vu des francophones approcher qq’un en leur disant “bonjour” au lieu de tenter de saluer dans la langue locale.  Je comprends que peut-être en Italie “Buongiorno” soit difficile à prononcer, mais n’allez pas me dire que “Hi” ou “Hello” soient difficiles…

J’ai déjà remarqué en voyageant dans de nombreux pays non francophones que c’est apprécié quand vous tentez de faire un effort en parlant la langue du pays, même si c’est juste pour dire “bonjour, merci, au revoir”. Même si votre prononciation est à ch*, au moins vous avez fait l’effort et les gens seront super contents et bien plus enclins à vous aider. Perso, celui qui m’approche en parlant directement en français, à moins qu’il m’ait entendu parler français plus tôt ou que quelqu’un l’aie dirigé vers moi, il peut être sûr que je ne lui répondrai qu’en anglais…

 

2. Penser que votre nationalité vous octroie tous les droits.

Une des phrases les plus courantes sortie de la bouche d’un francophone approchant quelqu’un (et n’importe qui, tout autant un serveur qu’un policier) est: “I’m [insérez ici leur nationalité]“. D’accord, et alors?

Selon certains d’entre eux, cela leur donne tous les droits. Ils font un excès de vitesse et se font arrêter par la police ? Pas de problème, ils sont de cette nationalité et donc excusés, pas besoin de payer d’amende. Ils n’ont pas envie de payer l’entrée du parc ? Pas de problème, ils sont de cette nationalité donc ils ont droit à une entrée gratuite. Ils ont envie d’acheter une partie de la déco du magasin qui n’est pas à vendre ? Ca tombe bien, on ne vend cette déco qu’aux gens de cette nationalité. Ils sortent des sentiers, là où il y a un dessin d’une chaussure tracée pour indiquer qu’il ne faut pas y aller ? Pas grave, ils sont francophones et ne comprennent pas les dessins sur les signes, ils ont donc le droit d’y aller. Ca paraît peut-être tiré par les cheveux, mais malheureusement ces excuses à deux balles sont prononcées chaque semaine… Une petite mise en garde: les gens à qui vous avez à faire ne vont généralement pas faire de concessions pour vous basé sur votre nationalité…

 

3. Faire autant de bruit qu’un car de 50 gamins qui ont fait 10 heures de route quand vous vous promenez dans la nature.

 Sur un sentier perdu au milieu de la nature, on entend des voix au loin, très loin. 9 chances sur 10 que c’est un groupe de francophones.

Vous avez peut-être envie d’avoir un débat à propos de tel ou tel sujet fort intéressant, mais gardez en tête qu’il y a des gens près de vous qui sont venus ici pour profiter du paysage en toute tranquillité et qui n’ont pas forcément envie de participer dans votre débat. Alors si débat il y a, parlez un peu moins fort.

 

4. Etre égocentriques et vous croire seuls au monde partout où vous allez.

 (Ce qui rejoint le point 3) Combien de gens ont déjà été interrompus pendant une de leur présentation par un groupe de francophones qui vient se poser juste à côté d’eux et commence à parler doucement (càd à hurler à tue-tête pour toute personne normale) sans remarquer les gens agacés juste à côté qui tentent tant bien que mal de suivre la présentation. Combien de fois ai-je tenté de parler à des francophones en promenade qui sont passés tout droit sans même remarquer qu’on leur adressait la parole ? Vu qu’elles ne comprennent pas la langue, certaines personnes ne se sentent pas affectés par ce qu’il se passe autour d’elles et ne remarquent même pas que parfois, elles embêtent tout le monde. (Et j’avoue que c’est facile de plus entendre ce qui se passe autour de soi quand c’est une langue étrangère, ça me faisait pareil parfois quand je vivais en bourbinie.)

Autre chose à ce sujet, qui contredit en fait le point 1, c’est que même s’ils pensent que tout le monde parle le français, de nombreux francophones pensent que personne d’autre ne parle leur langue autour d’eux et se permettent de faire des commentaires désagréables / déplacés à propos de ce qui les entoure (n’est-ce pas Laf lol). Malheureusement, il se peut que des gens comprennent…

Donc: quand vous allez à un point de vue et voulez vous exclamer à propos du magnifique paysage, vérifiez qu’il ne se passe rien autour de vous qui requiert votre silence… Et si quelqu’un vous adresse la parole, réalisez que peut-être cette personne à envie de vous parler… Au contraire si quelqu’un marche silencieusement derrière vous, pensez que peut-être il/elle vous écoute…

 

5. Prendre les gens en photo comme si c’était des objets.

 Et ça, avec le n° 1, c’est la chose qui perso me dérange le plus. Imaginez ça: vous êtes caissière à la Migros, vous servez un client, pendant ce temps une personne approche par derrière et commence à vous prendre en photo. Ca vous ferait plaisir qu’on vous prenne en photo en train de travailler sans vous demander votre avis ? Probablement pas, et pourtant c’est ce qui nous arrive tous les jours. La plupart des gens demandent la permission avant, mais beaucoup de francophones, probablement ne maîtrisant pas assez bien l’anglais selon eux, préfèrent se la jouer discrets (ou pas) en prenant une photo en douce. Quand on donne des présentations, pourquoi pas, mais quand on parle à un parfait inconnu dans le rue, ayez la politesse de venir demander la permission avant de prendre une photo… Si vous êtes mal à l’aise avec l’anglais, faites comme les asiatiques qui ont tout compris: soit ils montrent leur appareil photo et vous pointent du doigt pour vous faire comprendre qu’ils veulent faire une photo avec vous, ou alors ils disent le simple mot “photo?” … n’allez pas me dire que le mot soit très différent en français…

 

Conclusion

Prenez un moment pour réfléchir comment vous aimez interagir avec des éventuels touristes/visiteurs que vous rencontrez potentiellement au quotidien. Qu’est-ce qui vous plaît/déplaît dans leur comportement ? Et comment est-ce que vous seriez si vous étiez dans leur situation. Car il soit très probable que ce qui vous déplaît dans le comportement des autres, c’est ce que vous faites sans le savoir à d’autres personnes…

Sur ce, francophones faites gaffe si vous vous promenez dans le parc, car il y a des petites oreilles qui peuvent potentiellement entendre ce que vous dites. Si en me voyant vous demandez à votre camarade de voyage “Oh! Une ranger! Tu crois que je peux la prendre en photo ?”, vous aurez certainement une réponse de ma part, et ça va probablement vous surprendre car vous ne vous attendiez probablement pas à ce que quelqu’un autour de vous parle français…

Advertisements

One thought on “5 choses à ne pas faire quand on est francophone à l’étranger

  1. Hi hi merci pour ces considérations de terrain, c’est chouette de te lire. Et j’aime bien ta petite histoire de conclusion 😉 En fait, nous sommes tous reliés et si ces personnes se comportent ainsi, c’est qu’à quelque part elles reflètent une part de ce qui se vit aussi là où tu es….le respect, c’est un sujet tellement vaste et si important, de plus en plus aussi avec le « canard « au pouvoir. D’augmenter ce respect, comme tu le fais en disant aux gens de respecter ce qui l’est, c’est tout un enseignement, aussi pour nous tous. Je me réjouis de la suite de tes histoires 🙂 Douce journée à toi.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s